Manager de transition : définition, fomation et salaire

Management de transition

Règlementer l’entrepreneuriat et réduire les risques le plus que possible, c’est l’ultime objectif de tout entrepreneur. Dans ce sens, diverses compétences ont été créées pour accompagner les entreprises, notamment le management de transition. Comme le nom l’indique, ce métier intervient dans les entreprises en cours réorganisation structurelle ou menacées d’une quelconque manière afin de remonter la pente et éviter la clôture involontaire de celles-ci. Voici tout ce que vous devriez en savoir !

Manager de transition : qu’est-ce que c’est ?

D’une manière claire, le manager de transition est un prestataire de services ponctuels qui fait face à des difficultés dues à des transformations ou à des changements (d’objectifs, d’activités…). Ce métier a vu le jour aux États-Unis à partir de 1970, avant de trouver sa place sur le marché français dès 1980. Quel est le rôle du manager de transition ?

Son rôle en entreprise

Le principal rôle du manager de transition est de porter les entreprises qui traversent des moments difficiles sur la voie de la stabilité.

Pour les entreprises en restructuration, son rôle est de conduire les entreprises durant la période d’adaptation. On parle de restructuration quand une organisation ou une entreprise décide de revoir sa vision, ses objectifs, ses missions, son organisation, etc. Ainsi, le manager de transition intervient pour :

  • Le développement d’une nouvelle activité ;
  • Des projets d’amélioration de performance ;
  • Des projets de fusion ou de rachat d’une société ;
  • Les situations de réduction des coûts ;
  • La compression des effectifs du personnel ;
  • Un cas de remplacement temporaire d’un membre du personnel exécutif ou administratif…

Pour les entreprises menacées par la crise financière, politique, administrative, etc., le rôle du manager de transition est de proposer des stratégies qui puissent les amener à recouvrer la stabilité.

C’est pour cela qu’il faut se renseigner et trouver le manager idéal selon la délicatesse de la situation. Dans ce sens, plusieurs cabinets de managers de transitions arrivent à faire la différence, tel reactive-executive.com.

En règle générale, le manager de transition intervient dans les entreprises pour une durée limitée inscrite à la signature de son contrat. Il est donc un intervenant extérieur dont l’efficacité dépend aussi bien des formations suivies que des compétences et des qualités développées au fil des expériences.

Manager de transition : quelle formation ?

Il existe une diversité de formations reconnues pour travailler dans un cabinet de management de transition. Cela concerne les formations initiales suivies dans des structuresgénérales de formation en management ou des formations en tant qu’autodidacte. On peut aussi exercer les métiers de management de transition suite à des compétences acquises dans des domaines similaires : on parle de reconversion.

Les formations et études pour devenir manager de transition

Même s’il n’existe pas un cursus scolaire ou académique spécifiquement réservée à cette profession, il est quand-même requis que le manager de transition potentiel possède des bases sur le management. C’est pour cela que les écoles de management sont les plus conseillées.

Grâce aux informations reçues lors de ces formations et des différentes mises en stages, les étudiants arrivent à développer des automatismes dans le domaine. La spécialisation dans les questions de transition ne sera qu’une formalité.

Les compétences requises

Le rôle de manager de transition est une casquette assez lourde à porter. Il consiste à éviter qu’une entreprise fasse faillite lors d’une période de transition : la relève suite à une crise ou le maintien de l’ordre lors d’une transformation. Puisqu’il est appelé à intervenir dans n’importe quelle entreprise et pour des objectifs variés définis par les entreprises, une expérience à ces postes est un grand atout :

  • Directeur Général (DG) ;
  • Directeur des Ressources Humaines (DRH) ;
  • Directeur Administratif et Financier (DAF) ;
  • Directeur des Achats (DA) ;
  • Directeur Industriel (DI) ;
  • Directeur Juridique (DJ) ;
  • Directeur Commercial (DC).…

Toutes ces compétences ne sont pas exigibles à une personne au même moment. Mais, un manager de transition ambitieux devra posséder l’essentiel pour pouvoir rassurer les entreprises qui recrutent. Il devra donc associer quelques qualités à ses formations et compétences.

Les qualités nécessaires

Puisqu’il s’agit d’un travail à durée déterminée qui devra être exécuté en d’équipe, voici quelques qualités essentielles à cultiver chaque jour :

  • La flexibilité : pour faciliter son intégration dans l’entreprise qu’il coordonne ;
  • L’adaptabilité et la réactivité : pour trouver les solutions plus rapidement et plus facilement ;
  • Une parfaite résistance au stress : pour exercer sa mission à terme avec efficacité et clairvoyance ;
  • Le sens de responsabilité et la culture du résultat : pour prendre des décisions gagnantes ;
  • Le sens d’écoute : pour assurer la communication entre les actionnaires ou la direction et le personnel qui lui a été confié pour le bien de l’entreprise ;
  • Le charisme : pour faire valider ses idées pour le bien de l’entreprise à sa charge.

Sans ces qualités, le passage du manager de transition n’aurait aucun effet. En somme, les connaissances seules ne suffisent pas pour ce métier. Il faille alors faire appel à son côté émotif et résilient.

Manager de transition : quel salaire ?

Avant tout, il convient de retenir que le salaire d’un manager de transition est influencé par des facteurs, qui sont :

  • Le niveau d’expérience ;
  • La durée de la mission ;
  • La complexité de la mission ;
  • La taille de l’entreprise.

Par conséquent, la rémunération d’un manageur de transition se trouve dans la fourchette de 600 à 1 200 euros bruts par jour, soit un intervalle annuel de 70 à 250 000 euros bruts. C’est, en effet, un salaire supérieur de 15 à 30 % à une fonction équivalente en CDI (Contrat à durée indéterminée).

Son salaire net est la soustraction de sescotisations sociales et ses frais puis ses charges (manageur indépendant) ou ses frais de gestion (manageur affilié à une société de portage).

Voilà tout sur le management de transaction !


Entreprise : comment choisir vos futurs bureaux à louer ?
Acheter un immobilier neuf : faire appel à une agence